Zone de confort, tout comprendre pour oser en sortir

image_pdfimage_print

Sortir de sa zone de confort, une expression bien à la mode ! En psychologie, la zone de confort désigne une certaine passivité, un compromis dans lequel nous avons nos habitudes. La zone de confort, comme son appellation l’indique, est une zone dans laquelle nous nous sentons confortables et à notre aise. Nous y gardons le contrôle nécessaire à la quiétude, la confiance et une certaine forme de sécurité.

Dans cette zone de confort, on y trouve donc nos habitudes, nos routines et très peu d’angoisses et d’incertitudes. La zone de confort c’est aussi l’ensemble de nos capacités, de nos acquis, de nos valeurs. En fait, on s’appuie sur ce qu’on connaît. On n’y apprend finalement que très peu sur nous, les autres et le monde qui nous entoure.

La zone de confort est rassurante et familière. Ses limites renferment un schéma routinier qui nous conforte et nous maintient chaudement dans l’espace en question. On peut oser dire que la zone de confort rend passif. Tout est là, tout est prêt, nous n’avons plus rien à faire. Lorsque nous faisons le choix de rester dans cette zone de confort, nous adoptons une position neutre et ne laissons aucune place au stress, à l’inconnu et la vulnérabilité.

Osez sortir de votre zone de confort, c’est indispensable à l’épanouissement personnel ! Et si vous n’êtes pas convaincus, vous êtes au bon endroit. Sortir de sa zone de confort, je vous dis tout ! Qu’est-ce que ça veut dire, exactement ? Pourquoi faire et comment ? C’est parti !

Zone de confort, les risques qu’elle présente

De manière assez naturelle, l’Homme préfère se laisser guider par ses peurs plutôt que de vivre selon ses désirs. Nous n’aimons pas beaucoup faire face à ce qui nous effraie et faisons trop souvent le choix de la passivité, même inconsciemment. Et ce, quitte à subir une situation qui ne nous convient pas. En fait, être malheureux semble plus facile à gérer que de bousculer les habitudes et écouter nos besoins. Lorsque l’on fait ce choix-là, nous optons pour la zone de confort.

Comme évoqué plus haut, il n’y a que très peu de place pour l’inconnu dans notre si chère zone de confort. La zone de confort étant douillette, le risque est de préférer se voiler la face et d’attendre que ça aille mieux. On y est passif. Malheureusement, à repousser l’écoute de nos insatisfactions, nous nous enfermons dans nos habitudes et le temps passe. Se laisser aller à une routine qui ne nous anime plus s’avère pourtant pesant, voire insupportable.

La première victime de cette zone — pourtant appelée de confort — c’est la confiance en soi. Comment s’épanouir et prendre soin de notre estime de soi lorsqu’on perd trop de temps à privilégier le confort à nos besoins ?

Idées pratiques pour sortir de sa zone de confort

Bon, la théorie c’est bien beau. Place à l’action ! Comment sort-on de sa zone de confort ? Qu’est-ce que cela implique ? Sortir de sa zone de confort, c’est changer ses habitudes, tout simplement. Voici quelques idées et exemples pour mieux comprendre.

Penser à nos rêves et en réaliser un

On a tous des rêves dans la tête, mais avec les années, la fatigue, le boulot, on les oublie, on n’y pense plus. Et si on se repenchait dessus ? Et si on se prenait au sérieux un peu ? Faites une liste des projets et rêves que vous avez ou que vous avez eus. Choisissez-en un qui soit faisable. À partir de là, faites ce qu’il faut pour le réaliser. Mettez en place des actions qui concrétiseront votre projet.

Se proposer lorsque quelqu’un a besoin d’aide

Oser se proposer lorsque quelqu’un a besoin d’aide est une excellente façon de sortir de sa zone de confort. Repeindre la cuisine, garder les enfants, rouler jusqu’à Paris, dites OUI ! Ça peut bousculer un peu, on se sent ronchon, on invente une excuse, c’est normal. Mais promis, à part une petite aventure inattendue, il ne vous arrivera rien du tout.

Tenter une nouvelle activité pour sortir efficacement de sa zone de confort

Il y a tellement de choses à faire pour quitter notre routine, tellement de possibilités pour quitter notre chère et tendre zone de confort. Allez, je vous dresse une liste d’idées de nouvelles activités à tenter :

  • Cours de cuisine
  • Danse
  • Yoga
  • Équitation
  • Escalade
  • Patin à roulettes
  • Natation synchronisée
  • Peinture
  • Restauration de meubles
  • Sculpture

Tout est bon. Tentez cette activité à laquelle vous pensez secrètement depuis si longtemps. Qu’est ce qu’il peut vous arriver de pire ?

Autres idées

  • se lever une heure plus tôt le matin
  • aller à plus d’événements
  • faire un saut en parachute
  • avoir cette conversation que vous n’avez jamais eue
  • voyager

Comprendre les intérêts à sortir de sa zone de confort

La zone de confort correspond aux comportements habituels et activités que l’on maîtrise, qui ne suscitent pas de stress. Seule la joie peut alors être ressentie, et aucune des trois autres émotions principales : la peur, la colère, la tristesse.

L’enfant sort naturellement de sa zone de confort régulièrement (pour apprendre à marcher, à faire du vélo…). Il aime découvrir, explorer… Malheureusement, avec l’âge, la curiosité et l’audace s’estompent, plus ou moins selon les personnes, consciemment ou inconsciemment.

Apprendre à se connaître soi-même

Sortir de zone de confort favorise l’épanouissement personnel, évidemment ! Quelle manière plus efficace que de de repousser un peu nos limites pour en apprendre plus sur nous ?

La connaissance de soi permet de faire des choix qui répondent mieux à nos vrais besoins qu’ils soient personnels ou professionnels. En nous connaissant nous-mêmes, nous nous donnons des cartes essentielles pour agir de manière plus rationnelle, en connaissance de cause. Le fait de connaître notre manière de fonctionner, de penser et de réagir permettra de mieux appréhender les situations et les réactions de l’autre.

Sortir de sa zone de confort favorise la rencontre avec l’autre

Apprendre à se connaître enseigne aussi beaucoup sur la façon de fonctionner des autres. Hé oui, nous sommes tous singuliers et c’est très bien comme ça ! Ceux qui nous entourent, proches ou moins proches, n’ont pas nécessairement les mêmes réactions que nous, parce que nous n’avons pas les mêmes besoins, les mêmes blessures. Prendre conscience de cela c’est éviter des conflits intérieurs et dans nos relations de façon considérable.

Et puis, littéralement, quand on sort de notre de notre zone à nous, on se donne bien plus de chances de rencontrer les autres, de les connaître, d’en apprendre davantage sur eux.

Apprendre à oser, l’audace de sortir de sa zne de confort

Sortir de sa zone de confort vous permet de stimuler votre audace, d’apprendre à oser. L’audace est la capacité à prendre des risques, c’est savoir se lancer, advienne que pourra. De manière assez naturelle, apprendre à oser permet de se lancer dans des projets difficiles, de relever des challenges, se jeter dans l’inconnu et faire plus, bien plus.

Et puis, l’audace se révèle déterminante pour évoluer rapidement dans une carrière. Faire preuve d’audace, c’est s’affirmer et agir comme on l’entend, plus spontanément. L’audace permet d’aller au-delà de ses peurs, d’affronter des situations inconnues. Les peurs deviennent des challenges et les situations nouvelles des opportunités.

Sortir de sa zone comble… de bonheur !

Sortir de sa zone de confort permet aussi de retrouver l’excitation liée à la découverte et l’apprentissage des autres et de soi-même. De telles nouvelles habitudes stimulent la curiosité et rendent positifs. Sortir de sa zone de confort évite l’ennui et la monotonie. Vous retrouvez l’envie d’apprendre, d’explorer, de vivre de nouvelles expériences, ce qui contribue à votre bien-être.

Sortir de sa zone de confort pour développer son self-leadership, l’avantage à long terme

Sortir de sa zone de confort est le meilleur moyen de devenir son propre patron. Et je ne parle pas là d’entrepreneuriat, bien que ce soit tout à fait lié. Si on récapitule quelques-uns des bienfaits d’aller voir hors de sa zone de confort, nous dirions que sortir de sa zone de confort :

  • permet d’apprendre à se connaître
  • aide à savoir ce que l’on veut dans la vie
  • favorise la compréhension des autres et de ce qui nous entoure
  • rend heureux, curieux, plus dynamique
  • enseigne l’audace, le fait d’oser être soi,

Des avantages à aller voir ce qui se passe hors de notre zone de confort, il y en a plein. Ce qui est sûr c’est que sortir de sa zone de confort permet de développer son self-leadership. En mettant tous ces avantages et intérêts à sortir de sa zone de confort ensemble, ne visualisons pas une personne totalement maîtresse d’elle ?

Zones de confort, les 4 obstacles à dépasser pour développer son self-leadership

Il n’est possible de définir un projet, dans le processus du self-leadership, que si on est à l’écoute des insatisfactions. Un nouveau projet amène le « self-leader » à un moment de réflexion sur la force de son mental.

C’est avec un mental adéquat qu’il peut se lancer dans l’action. Le ressourcement est la dernière étape à ne jamais oublier, car elle prépare le self-leader à concentrer sa motivation sur le projet suivant. Et ainsi de suite.

Les étapes clés de ce programme cachent quatre zones de confort que le self-leader va s’exercer à assouplir. Examinons les quatre zones de confort et l’intérêt de les dépasser :

• zone de confort 1 : rester dans nos insatisfactions avec « mollesse » ;

• zone de confort 2 : résister aux changements ;

• zone de confort 3 : ne pas agir ;

• zone de confort 4 : se dévaloriser.

Brigitte André, toujours avec Passion.

Vous pourriez aimé aussi

Laissez un commentaire

S’inscrire à la newsletter

S’inscrire à la newsletter

Si vous désirez recevoir régulièrement notre newsletter, merci de remplir le formulaire ci-dessous :

You have Successfully Subscribed!

Powered by themekiller.com