Ultrasensibles et activité professionnelle

ultrasensibles et activité professionnelle

 

Une personne sur quatre est une personne ultrasensible.
Vous en faites partie ?

La bonne nouvelle c’est que vous avez de très belles qualités qu’il faut mettre à profit.

La mauvaise, c »est qu’il a fallu pas mal de temps pour que cela soit reconnu comme une qualité à part entière et comme une manière particulière d’appréhender la réalité.

Vous avez certainement dû être très souvent critiqué de faible, de compliqué, de « décidément trop sensible ». Dans ma famille j’étais très critiquée par rapport à cette ultrasensiblité. Un certain membre de ma famille extrêmement « bienveillant » 🙁 disait « c’est une folle, une paumée ».

On est d’accord c’est l’extrême de la méchanceté et c’est méconnaitre un ensemble de qualités qui font partie du package ultrasensible : créativité, intuition, empathie, perfectionniste, à l’écoute des autres, intelligence émotionnelle, difficulté de se conformer (ah oui tiens ! je l’ai mis dans les qualités).

 

Pourquoi les ultrasensbiles sont plus enclin à créer leur propre business ?

Je rencontre beaucoup d’ultrasensibles qui ne se sentent pas suffisamment bardés pour affronter une structure hiérarchique, les injustices professionnelles, les combats qu’il est parfois demandé de livrer dans les organes des entreprises. C’est un aspect mais il y en a d’autres :
  1. Ils ont besoin de mettre du sens dans ce qu’ils font et sont très conscients du fait qu’ « Un métier c’est un service à rendre à quelq’un ». Ils ont besoin que ce « service » soit clairement identifié et que cela soit inspirant pour leur environnement et les personnes qu’ils rencontrent. Ils vont souvent s’épanouir, d’ailleurs, dans des métiers qui ne suivent pas un schéma traditionnel : on les retrouve dans des métiers d’art sous différentes formes, de créateurs, dans la relation d’aide, dans des métiers qui permettent de faire grandir les autres au travers de leur compétences, des métiers de journalistes, de reporter

2. Ils doivent se protéger et chercher à se libérer du regard des autres. Vous allez me dire que tout le monde doit se protéger de la médisance et de la manipulation, bien sûr. Mais certaines personnes sont moins sensibles que d’autres aux stratégies relationnelles négatives.

Le point de la reconnaissance est important. Les ultrasensibles recherchent à être reconnus dans leur talent et ils sont bien conscients que le poids d’une organisation n’aide pas toujours à prendre confiance en soi.

C’est un piège auquel ils devront être attentifs. Dans le choix des collaborateurs, des sous-traitants, des projets acceptés. Ils devront en permanence veiller à ce que ce choix soit « juste » et non entaché d’une demande sous-jacente. Personnellement dans ma carrière j’ai souvent confondu « faire plaisir » et intérêt de l’entreprise. Alors là…on le paie toujours et cela doit nous apprendre à faire la paix avec ce besoin, pourtant bien naturel. Les ultrasensibles ne sont pas toujours armés pour faire face au retour de manivelle – inévitable – quand une action est posée pour « faire plaisir »…donc prudence par rapport à soi-même

3. Ils créent au-delà de contraintes astreignantes.

D’une manière générale les ultrasensibles réagissent assez mal aux contraintes trop lourdes. C’est souvent source de stress lié à leur besoin de perfection. Ils ont besoin d’organiser leur travail, leur échéances et de les respecter. L’intrapreneuriat (être self-leader dans l’entreprise), le télé-travail, l’entrepreneuriat, l’indépendance sont assez adaptés aux ultrasensibles. Ils se trouvent souvent mieux dans une petite structure qu’une grande multinationale. Leur piège ici est de s’isoler, situation avec laquelle ils sont généralement familier.

4. D’une manière générale, ils doivent veiller à leur qualité de vie.

Quand on parle de qualité de vie, on pense à tous les paramètres qui permettent de garder un équilibre entre vie privé et professionnelle et même plus de l’équilibre de leur santé : s’éloigner des vampires relationnels, prendre régulièrement des pauses, prendre le temps de bien s’alimenter. Vous me direz que cela est vrai pour tout le monde…Bien sûr ! Mais dans la mesure où les ultrasensibles sont des éponges émotionnelles, ils encaissent au-delà de leur propre énergie. Cela peut très vite les affaiblir.

Et !

Le grand challenge des hyper sensibles hommes ou femmes est de développer leur côté Yang. En développant des qualités et habitudes plus « masculines », plus nous sommes branché « action », plus nous pouvons entrer dans la « matière », plus nous pouvons prendre des décisions rapides.

Alors vous voulez aller plus loin ? vous voulez développer votre activité professionnelle ? Prenez contact avec moi, choisissez votre meilleur moment je vous offre un entretien stratégique et nous parlons ensemble de la manière d’augmenter votre satisfaction professionnelle.

Vous pourriez aimé aussi

Laissez un commentaire

S’inscrire à la newsletter

S’inscrire à la newsletter

Si vous désirez recevoir régulièrement notre newsletter, merci de remplir le formulaire ci-dessous :

You have Successfully Subscribed!

Powered by themekiller.com