Les 4 âges de vie, comment vivre nos périodes de transition (2/4)

 

Cet article fait suite à l’article « Les 4 âges de vie, comment vivre nos périodes de transition 1/4. L’âge du château »

Pour comprendre cet article prenez un peu de temps pour lire le précédent. Vous y avez accès par ici : Les 4 âges de vie, comment vivre nos périodes de transition. L’âge « château »

 

L’âge de la jungle

En bon voyageur à la recherche de votre authenticité, l’âge du château devient à un moment trop étriqué. Vous avez besoin de créer par vous-même votre réalité, vous vous sentez à l’étroit dans certaines croyances sur le travail, les relations amoureuses, les relations sociales, la manière de gérer votre argent par exemple. Et là, l’envie évidente de vous échapper de ce que vous connaissez se fait entendre.

Benoît qui a suivi le trajet du self-leader avait la passion de la musique et de la nature. Difficile de faire valoir ces deux passions comme un métier dans son environnement familial. Dans les assurances depuis des générations, dans la famille de Benoît, on se repassait le flambeau de la gestion administrative de père en fils. Et tout le monde était content. Sauf Benoît qui rêvait d’art, de liberté, peu compatibles avec un métier d’assureur, bien campé dans la gestion.

Le jour où Benoît a décidé de ne pas suivre les traces qui étaient « inscrites » pour lui depuis longtemps, c’est comme s’il s’échappait de l‘âge château.

Vous levez le pont-levis « symbolique » du changement à la recherche de quelque chose qui vous convient mieux. Ce qui se passe quand vous sortez d’une zone où tout vous paraît connu à une zone qui vous est étrangère, c’est que vous vous sentez perdu.

Vous arrivez dans un paysage qui peut paraître inquiétant car vous n’en connaissez pas les règles. Et bien souvent vous appliquez dans ce nouvel environnement les règles que vous connaissiez dans l’ère du château.

Quand Benoît se lance dans son rêve qui est de donner des cours particuliers de piano et parallèlement dans l’organisation de voyage en pleine nature, il rentre dans un milieu totalement inconnu. Il doit faire sa place, se faire connaître, faire son marketing, gérer des rentrées irrégulières, définir ses voyages. Toutes des actions nouvelles qui demandent de pouvoir rêver en ayant les pieds sur terre.

Pourquoi à certains moments tout nous semble lourd et compliqué, on a l’impression de devoir se battre pour tout, nos relations sont souvent tendues, tout est épuisant ? Bien souvent parce que l’on va à contre-courant de ce qui existe. Sans le savoir nous ne nous modelons pas aux règles nouvelles mais nous appliquons les anciennes règles.

On dit souvent que la jungle n’est pas dangereuse, si on en connaît les règles et qu’on les respecte.

C’est exactement ça! Le premier apprentissage de l’âge de la jungle, est l’humilité. C’est l’environnement qui donne le ton avant que nous puissions y mettre notre propre style. Pas l’inverse.

Tant que nous n’avons pas passé les étapes d’évolution de cet âge, il est impossible de rentrer dans le troisième âge : celui du désert dans lequel nous pouvons commencer à mettre nos propres jalons, notre propre histoire et la vivre en sérénité.

L’âge de la jungle est celui dans lequel nous apprenons à nous débarrasser de l’inutile,  à lâcher-prise quand nous n’avons pas le pouvoir. Toute notre traversée nous enseigne de ne plus faire la part belle au mental. Ce mental qui nous rend rigides face aux événements. Il nous est demandé d’assouplir nos jugements, nos croyances obsolètes, d’entrevoir les relations de manière plus fluides en laissant de la place à l’autre. Un chemin qui va nous amener à passer du « faire » à « l’être » et qui nous prépare à plus d’autonomie pour nous réaliser en dehors du regard des autres. C’est un chemin, pas évident, de prise de contact avec soi-même, le soi authentique en dehors des masques qui nous mettons dans le château.

Si vous avez envie de continuer cette approche et de savoir comment passer de l’âge du château à l’âge de la jungle, du désert et des villes, rejoignez-moi dans le stage « Le trajet du self-lead : plus jamais ça, 3 jours pour reprendre sa liberté ».

Un moment pour vous

Si vous voulez identifier là où vous vous trouvez entre ces deux premiers âges :

  • Identifiez une sphère de vie (professionnelle, amicale, amoureuse, financière, personnelle) dans laquelle vous voudriez avoir une vue plus claire de ce qui se passe,

  • Notez de manière plus précise la situation qui vous pose problème,

  • Passez cette situation au travers de la description des deux âges ci-dessous.

  • Vous pourrez observer ainsi, là où vous êtes et l’étape vers laquelle vous allez.

Du château à la jungle

Dans le prochain article, je vous parlerai de l’âge du désert : une belle aventure.

L’âge du château L’âge de Jungle
  •  Nous évoluons dans le « devoir », les « il faut », les « je dois » (contrôle)
  • Notre monde est organisé par des règles implicites et extérieures à nous,  et dans l’habitude,
  • Les relations sont régies par des scénarios répétitifs et inconscients
  • Dans cet environnement, les déséquilibres se régulent très vite pour retrouver l’équilibre de base,
  • Les projets sont des projets « hérités »,
  • La connaissance de soi est faible et la confiance en soi également,
  • Les prises de décisions se font de manière rationnelle ou habituelle
  • L’important est le plaisir immédiat, dans un cadre connu,
  • Nous nous façonnons en reproduisant les schémas, les modes de pensée qui ne sont pas les nôtres
  • Les objectifs sont extérieurs à soi, et pour la reconnaissance,
  • On ressent difficilement la liberté,
  • Il y a une forme de soumission à la réalité,
  • …,
  • Nous appliquons les anciennes règles et habitudes du « château » dans un nouveau contexte,
  • Nous ne comprenons pas l’origine de nos problèmes,
  • On est souvent dans la réaction plus que dans l’action
  • Vécu de conflit, de tension,
  • Difficulté de comprendre ce qui se passe,
  • Sentiment de lourdeur et que tout est difficile
  • Relations fortes, passionnelle, ruptures fortes et douloureuses,
  • Projets immédiats et vue à court terme sur ce que l’on fait,
  • Connaissance de soi est faible,
  • Prises de décision sont souvent rationnelles et réactives,
  • Peu de place pour le plaisir,
  • On se façonne dans la réaction,
  • Les objectifs sont extérieurs à soi, dans la recherche d’une certaine reconnaissance,
  • Forme de victimisation face à la réalité,
  •  …,

Vous pourriez aimé aussi

Laissez un commentaire

S’inscrire à la newsletter

S’inscrire à la newsletter

Si vous désirez recevoir régulièrement notre newsletter, merci de remplir le formulaire ci-dessous :

You have Successfully Subscribed!

Powered by themekiller.com