Je reste scotché sur mon canapé alors que j’ai des rêves à réaliser.

Quatre zones de confort dans lesquelles nous nous perdons le plus souvent.

 

« Brisez vos limites,
faites sauter les barrières de vos contraintes,
mobilisez votre volonté,
exigez la liberté comme un droit,
soyez ce que vous voulez être.
Découvrez ce que vous aimeriez faire
et faites tout votre possible pour y parvenir. »
Richard Bach

 

Des idées, ça pas de souci, elles se bousculent à 140 à l’heure dans ma tête. Avoir des idées, pour moi ce n’est pas un souci, mais c’est après que cela se gâte.

Selon les projets, je me suis sentie arrêtée devant certains obstacles…comme si les dépasser c’était me dépasser.  Et alors que je suis en train d’écrire ce début d’article, je me pose en même temps la question de savoir pourquoi j’ai parfois l’impression de  combattre « contre » ou ‘avec » moi-même pour amener une graine de projet à terme, d’en être fière, et ensuite de lui donner une belle vie. Sir Edmund Hillary, un alpiniste chevronné, né en 1913 a grimpé sur les corniches du mont Everest, Mont Herschel, Mukut Parbat, disait « Quelque soit la montagne, ce n’est pas elle que nous cherchons à conquérir mais nous-mêmes ».

Que ce soit définir avec exactitude ce que l’on veut , changer son mental pour y arriver, agir pour le résultat, rendre son projet visible ou utile pour les autres. Voilà c’est dit, quatre zones de confort pour nous conquérir dans nos projets.

Plus j’avance dans la question du « self-leadership de la réussite » plus je rencontre des personnes avec des projets fabuleux qui restent parfois dans le fond du tiroir. Mais on peut le tourner comme on veut, si un projet important pour nous reste « en plan » la frustration nous rattrapera d’une manière ou d’une autre. On peut essayer d’oublier un rêve, mais eux ne nous oublient jamais.

Je rencontre en conférence et en coaching des personnes de tout âge qui ont perdu l’énergie, la joie, le goût du challenge personnel parce qu’elles sont passées à côté d’elle-même.

Toutes les grandes choses que j’ai réalisées dans ma vie m’ont demandé beaucoup de discipline. Si je n’avais pas la passion qui me titille à chaque moment, je me demande si je ne serai pas devenue fainéante.

Toutes les grandes choses que je n’ai pas réalisées dans ma vie, c’est parce que je n’ai pas cherché à me dépasser, ou tout simplement à être moi.

Pour trouver des solutions, il faut savoir ce que l’on cherche. Sortir de sa « zone de confort » c’est trop vaste.

J’aime quand les choses commencent à nous parler et pour qu’elles nous parlent, il faut approfondir l’idée et surtout la rendre digeste. La découper en petits morceaux.

« Assouplir sa zone de confort », c’est chercher à aller dans la recherche de soi au travers de démarches physiques, techniques ou mentales.

C’est accepter un risque : celui de se confronter à ses limites et à ses peurs, celui de se remettre en question, de chercher à aller au-delà des apparences. C’est l’occasion de découvrir de nouvelles manières de faire et surtout d’autres actions.

Certains, lorsqu’ils sont confrontés à leur propre limite, entrent dans la spirale de l’échec. Les limites que l’on se met sont l’amorce de l’enfermement, des restrictions.

La grandeur d’un poisson rouge dépend de la grandeur de son bocal

Souvenons-nous de ce poisson rouge dont la taille dépend de la grandeur de son bocal. C’est notre mental qui définit les parois de notre bocal et crée nos propres limites.

Nous avons peur de nous écraser le nez contre les parois du bocal. Nous n’avons pas nécessairement les outils pour assouplir ou faire reculer les parois. Cela demande beaucoup d’énergie, et un peu de technique.

Il est vrai que le fait de ne pas disposer de la réponse adéquate impose de mesurer ses limites et provoque un chamboulement intérieur dont il n’est pas toujours aisé de mesurer l’impact.

Que se passe-t-il alors ? On se contracte, on se crispe et cela évolue parfois rapidement jusqu’à la panique, la fuite. « Courage, fuyons ! »

Les stratégies d’évitement sont multiples mais quelles qu’elles soient, elles rognent toujours l’individu et le renvoient dans sa zone de confort. À partir du moment où nous sentons que nous avons rogné nos ailes, la marche arrière est impossible.

On pourrait comparer la zone de confort à une zone psychologique où l’individu ressent un agréable sentiment de satiété.

La satiété, c’est l’équilibre, lorsque le besoin est satisfait. Même si ce sentiment est agréable, il comporte le risque d’enfermement, il ne permet ni évolution ni apprentissage.

Devenir responsable c’est sortir des zones de confort (ou d’habitude) dans lesquelles nous ne progressons pas nécessairement dans le sens de qui nous sommes. C’est là que nous pouvons réinventer notre quotidien professionnel ou privé.

Je suis parfois confrontée à des personnes (et moi-même) qui savent ce qu’elles veulent, voudraient, aimeraient…mais rien ne bouge.

WHY?

Parce que l’on bloque à un moment d’une étape-clé du « trajet du self-leader », un trajet  pour réaliser ses rêves et être heureux.

 

Nous sommes tous humains et nous cherchons à devenir meilleur pour soi, un peu plus tous les jours.

Et pourtant il y a 4 moments clés à dépasser pour pratiquement tous les projets qui sont importants. Oh bien sûr, selon chacun et selon le type projet, il y a des moments que l’on dépasse allégrement et d’autres…

 

Fiches zones de confort

Zone de confort 1 :

Se complaire avec mollesse ses insatisfactions. Ne sommes-nous pas parfois les champions pour nous contenter de ce qui ne nous satisfait pas, car “c’est mieux que rien”, “on sait ce que l’on a mais on ne sait pas ce que l’on pourrait avoir”, “bah, ça va passer”, … Pour en sortir et passer de là où on est à là où on veut aller, il est nécessaire d’en prendre conscience, d’identifier ses contraintes et ses libertés et d’oser formuler les vrais points de mire attractifs.

Zone de confort 2 :

Rester dans des nœuds personnels ou relationnels qui nous empêchent d’avancer et construire autonomie, engagement et responsabilité. Tous les projets, quels qu’ils soient sont des lieux de développement de soi et de compétences, à condition d’avoir dépassé le besoin de reconnaissance, le doute qui pollue notre engagement, les émotions qui nous emberlificotent.

Zone de confort 3 :

Poser des actes qui ne vont pas dans le sens de la réussite. Nous avons tous une relation particulière avec l’action. Agir ne suffit plus. Agir pour avancer est bien souvent tout un chemin. Un chemin qui conduit à la difficulté d’accepter un échec ou… une réussite.

Zone de confort 4 :

Ne pas prendre le temps de capitaliser sur son estime de soi. L’estime de soi est un potentiel que nous sommes seuls à pouvoir développer et peu de personnes autour de nous sont capables de le forger pour nous. Il nous revient à nous-mêmes de capitaliser sur notre estime en prenant la mesure de ce que nous avons réalisé. Et finalement, pourquoi ne pas oser la pleine réussite ? Celle qui parle du droit à la réussite et d’un rapport sain avec l’argent, le temps, les autres, et le plaisir. Toute fin de projet est un début pas une fin.

  • Notre époque nous permet de créer notre sphère professionnelle ou privée.
  • Le succès est dans l’équilibre.
  • L’audace et l’authenticité sont à la base de nos réussites. L’authenticité est une dynamique tournée vers soi pour identifier ce que nous voulons réaliser. L’audace est une dynamique tournée vers l’extérieure pour concrétiser ce que nous voulons réaliser.
  • L’estime de soi vient lorsque l’on agit dans la bonne direction pour soi.

J’ai expérimenté les 4 zones de confort, et je les expérimente encore tous les jours. On a jamais fini d’apprendre sur soi.

 

Pour y faire face? voici quelques idées en dessin.

« Good et very good, je fais le pas »

 

Fiches zones de confort - copie

 

 

Alors, wake up !

La seule chose qui peut vous arriver c’est de vous découvrir vous-même. Derrière chaque obstacle dépassé nous rencontrons une personne importante pour nous : NOUS! Nous nous rencontrons derrière l’obstacle et c’est là que se crée l’estime de soi. Dans l’action on peut apprendre sur soi.

À bientôt pour de nouvelles aventures en dehors du canapé.

Vous pourriez aimé aussi

Laissez un commentaire

S’inscrire à la newsletter

S’inscrire à la newsletter

Si vous désirez recevoir régulièrement notre newsletter, merci de remplir le formulaire ci-dessous :

You have Successfully Subscribed!

Powered by themekiller.com